La propriété ou la vie

24773211723_c1c3567280_o

Le nombre de propriétaires augmente, les cas d’accédants surendettés aussi. Les mensualités 
sont si élevées qu’ils réduisent tout le reste. Ils ne partent plus en vacances, ils ne font plus les boutiques. Ils n’ont même plus l’argent pour aménager l’intérieur de leur pavillon. Ils sont propriétaires, mais vivent « a minima ».

Le rêve a mal tourné. Monsieur T. voulait acheter à tout prix. Il s’éloigne de Paris, où sa femme et lui travaillent, pour acheter un pavillon en grande banlieue. Usé par les distances qui nuisent à la qualité de la vie familiale, il déménage finalement à deux reprises pour se rapprocher de Paris, quitte à
se loger dans de moins bonnes conditions.26575615701_f11eb9b5b2_o
Leur dernier 
appartement, à Choisy-le-Roi, ne fait que 76 m2 pour quatre personnes. Le coût du logement reste très élevé. « On prend un petit crédit parce qu’on a voulu que ma fille continue l’école privée et donc, il n’y a plus de vacances, mais bon, ils ont besoin de vacances… », explique-t-il à la sociologue Pascale Dietrich-Ragon. Résultat, il s’endette. Il a aujourd’hui mis en vente son appartement pour payer ce qu’il doit, et a fait une demande de logement social.

21006317098_d0a3bdffe8_o

D’habitude, ce sont plutôt des séparations qui poussent les propriétaires en galère à venir voir Leila Djarmouni. Au sein d’Action logement, ex-1 % logement, elle vient en aide aux salariés ayant des difficultés de logement.De plus en plus d’accédants à la propriété débarquent dans son bureau. 62 % d’entre eux sont des couples bi-actifs (contre 35 % en 1990).

Bien souvent, la séparation est cruelle : il faut vendre le logement et, en attendant, payer une double résidence, ce qui aggrave encore la dette du couple. Action logement propose parfois de racheter la maison pour la transformer en logement social et maintenir la famille dans les lieux. « Ce dispositif est rarement utilisé, car on essaie de trouver des solutions de relogement avant d’arriver à cette extrémité », explique Leila Djarmouni.

Le surendettement explose

Le crédit immobilier à la française, basé sur la cautionnement et non sur une garantie hypothécaire, comme en Espagne, a évité les risques systémiques et une crise immobilière. Le contrôle opéré par les banques, plutôt prudentes depuis la crise de 2008, a aussi limité les accessions risquées. Une statistique, cependant, a de quoi inquiéter. D’après la Banque de France, le nombre de dossiers de surendettement comprenant une dette immobilière a bondi, passant de 218 000 en 2010 à 231 000 en 2015. Ils représentent 13 % des dossiers, contre 8 % il y a cinq ans.

20712808575_1dabca1b65_oCela ne surprend pas Jean-François Kiehl, porte-parole de Crésus, association de lutte contre le surendettement. Sur les 22 000 ménages suivis par la plateforme d’accompagnement et de prévention de l’association, près de 42 % sont propriétaires. « Quand on acquiert un bien immobilier, il y a tout un tas de dépenses à anticiper : les charges de copropriété, les travaux, les taxes, les frais de déplacement… Or les banques n’en parlent pas et ne font pas de travail de prévention. »

Propriétaire d’une maison
sans canapé, ni décoration

Beaucoup d’«heureux» propriétaires réduisent drastiquement leurs dépenses. On vit « a minima », comme le montre l’enquête de la sociologue Anne Lambert sur les zones périurbaines lyonnaises (lire entretien).

19772616334_8461952f57_o(1)Des familles n’ont plus de quoi payer la licence de football d’un enfant. D’autres ne partent plus en vacances. C’est le logement ou la vie. La sociologue rapporte le cas de cette femme qui n’a pas pu installer sa cuisine ni acheter un canapé. Elle a une maison, mais c’est une maison vide, sans décoration. «Dans ce cas, les propriétaires étranglés par leur crédit immobilier font souvent le mauvais choix : ils multiplient les crédits à la consommation, raconte Jean-François Kiehl. Cela ne fait que retarder l’échéance. »

20979626315_eed720fb49_oMonsieur X est venu récemment voir l’association Crésus. Son surendettement a officiellement été reconnu l’an dernier. Mais sa dette a commencé à croître seize ans plus tôt, lorsqu’il a contracté un crédit immobilier. Depuis, il a souscrit onze crédits à la consommation. Et sur ce point, les banques sont beaucoup moins regardantes…
Pierre DUQUESNE

 

 


Article paru dans le supplément Logement à l’Humanité Dimanche, paru le jeudi 17 décembre 2015. Photo de Môsieur J. issue de la série #IciBientôt , représetant des détails d’images publicitaires de promoteurs immobiliers.

20929159580_5b6ee7786a_o


Le supplément logement de l’Humanité Dimanche sur l’envers du tous propriétaires.

CWM1csQUsAEnEs- - copie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *